Born to run (Né pour courir)

Born to run (Né pour courir)

28 janvier 2019 2 Par Frédéric

Phrase résumée de “Born to run” (Né pour courir) : dans ce classique de la littérature du trail, Christopher McDougall réussit à nous captiver en conjuguant la revue scientifique, le roman d’aventure, voire le voyage initiatique, l’anthropologie de la course à pieds et un plaidoyer quasi philosophique de la course minimaliste!

Auteur : Christopher McDougall aux Editions Guérin (Chamonix), 414 pages.

Avertissement : Des liens affiliés vous renvoient sur des pages Amazon : si vous achetez le livre en passant par ces liens, une commission de 4% est versée à "objectif ultra trail", sans que cela ait le moindre impact sur votre prix d'achat. Cela permet de payer les frais et de faire vivre ce blog!
Le terrain de jeux de nos ultra trailers ! les canyons mexicains

En m’engageant à écrire une chronique de ce livre, je me suis peut-être montré un peu trop optimiste… Comment résumer un livre qui est à la fois :

  • Le voyage initiatique d’un journaliste grassouillet projeté dans la folie du monde de l’ultra-trail pour avoir posé la question à son médecin : “pourquoi ai-je mal aux pieds?”
  • Une fresque ethnologique de deux mondes antagonistes qui se percutent dans les canyons mexicains : celui d’ultra-runners déjantés américains et de super-athlètes des tribus Tarahumaras qui courent comme ils respirent. Deux mondes que tout semblent opposer, mais des hommes qui se retrouvent avec authenticité dans la joie simple et l’élan archaïque du “vivre-courir”…!
  • Une démonstration scientifique de l’absurdité de la pratique running d’aujourd’hui qui a complètement modifié notre manière de courir au profit d’une industrie de la chaussure qui nous vendent des “supers chaussures-dernier cri-mega amorti” avec lesquelles on ne s’est jamais tant blessé ?
Des sandales de course ultra trail!
  • Une relecture de ce phénomène de mode de l’ultra trail où l’on découvre avec stupéfaction que l’homme est capable de courir des distances hallucinantes pendant des durées insensés ? Alors que paradoxalement, le regard anthropologique montre que notre humanité s’est construite et a pu assurer sa propre pérennité, survivant à la sélection naturelle parce qu’elle… pouvait courir longtemps!!! Moins vite que la plupart des prédateurs, mais plus longtemps que beaucoup de gibiers, ce qui lui donnent un avantage décisif pour sa survie.
  • A moins que tout cela ne soit qu’un bel habillage romancé pour marketé l‘argument scientifique selon lequel le meilleur matériel de course à pied, la technologie la plus performante pour courir, mais aussi pour nous prémunir des blessures, c’est notre… pied nu ! Nos pieds et notre corps, notre morphologie, notre physiologie ont évolué jusqu’à aujourd’hui pour que nous soyons performants en course d’endurance ! C’est une évidence que nos modes de vie actuels nous ont fait oublier, reléguant la course à pied à une activité de loisirs… Pour laquelle (un peu d’autodérision 😉 ) on se déguise avec des matelas sous les pieds et des vêtements de toutes les couleurs (fluos si possible) pour sortir fièrement le dimanche.
  • C’est aussi un ouvrage parsemé d’indications sur les différents types de préparations, les entraînements des champions, la nutrition… Et sur la vie de grands champions !
Arnuflo, un des champions du livre Born to run
  • Ah oui j’oubliais… C’est l’histoire d’un ultra trail organisé de manière quasi clandestine par un grand échevelé. Caballo blanco, est un américain égaré là, rebus de la société de consommation et amoureux absolu de la course à pied. Cette course d’anthologie dans les canyons mexicains, à la fois hostile, mais aussi somptueux a réuni (pour de vrai ! ) de grands champions américains et les meilleurs coureurs Tarahumaras. Ces mexicains, toutes les “teams-marque de chaussure” se les arracheraient s’ils n’avaient pas le vilain défaut de préférer courir avec des “sandales” (parfois découpés dans des pneux) plutôt qu’avec des chaussures molletonnées et estampillées !
Au mexique l’ultra trail, c’est de l’ultra marathon

Il est donc très difficile de faire un résumé d’un livre comme celui-ci. Ce serait faire une injure au message qu’il porte, à ce qu’il nous rappelle de notre humanité lorsque nous courons. Il est une réponse à beaucoup de questions sur la course à pieds. Nous courons parce que nous sommes faits pour courir, parce que depuis la nuit des temps, courir c’est plus que vivre. Pour l’homme, c’est survivre!

Les coureurs Tarahumaras avec leur meilleur équipement

Ma conclusion

Born to run est une leçon d’humanité qui nous rappelle à l’essence même de ce qu’est courir pour l’homme.

Il ne se raconte pas, il ne se résume pas. Il se lit et il se vit.

Je ne lui donnerai pas non plus de “point fort” ou de “point faible” : il est hors catégorie. Il est au royaume de l’invitation à mettre vos baskets ou plutôt à ne pas les mettre et surtout à partir courir sur les chemins. Courez et écoutez au plus profond de vous-mêmes le souffle de vos ancêtres pourchassant le gros gibier en espérant bien l’épuiser pour ramener à manger à toute la tribu. Souvenez-vous en dans les moments difficiles de vos prochains ultra-trails! Ecoutez ce souffle, entendez la puissance de la vie et courez!

Cliquez ici pour lire d’autres commentaires de “Born to run” sur Amazon

Cliquez ici pour acheter “Born to run” sur Amazon.

Cet article t’as plu ? Fais UN COMMENTAIRE CI-DESSOUS pour donner ton avis et ton expérience, et partages-le avec tes amis. Cet article t’as déplu ? Partages le avec tes ennemis ! 😉

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 5
    Partages